Assurance auto expertise : contestation du rapport

Les conclusions du rapport de l'expert indépendant, missionné par l'assureur, peuvent être pour différentes raisons contestées par l'assuré conducteur. Il dispose alors du droit de choisir un autre expert à ses frais pour procéder à une contre expertise, qui pourra corroborer les conclusions du premier expert, ou au contraire les contester.

Dans quels cas peut-on contester le rapport d'expertise ?

L'assureur peut décider de faire appel à un professionnel indépendant pour réaliser une expertise du véhicule après un sinistre important, qui entraîne ainsi une indemnisation assez élevée. C'est une façon pour l'organisme de s'assurer que la déclaration du conducteur est valable, et de pouvoir ensuite proposer une éventuelle indemnisation de façon précise.

Si le véhicule est réparable, alors une indemnisation sera proposée à l'assuré, en fonction des garanties souscrites et du niveau d'assurance. Si ce n'est pas le cas, une indemnité pourra être proposée pour changer de véhicule. Il arrive que l'assuré ne soit pas en accord avec les conclusions de l'expert, et plus précisément avec l'indemnisation proposée, soit pour les réparations, soit pour indemniser la perte du véhicule, dont la valeur peut être sous-évaluée.

Il est alors possible de demander une contestation de ce rapport d'expertise, et de lancer une procédure de contre-expertise auto.

Qu'est-ce que la contre-expertise ?

La contre-expertise d'assurance auto est la possibilité offerte à l'assuré de choisir lui-même un expert indépendant, qui sera chargé de réaliser une nouvelle expertise du véhicule. Il faudra alors avertir l'établissement assureur que vous souhaitez réaliser cette contestation et cette contre-expertise, qui devra être faite en présence de l'expert de l'assureur.

Cette option se fait généralement une fois que vous avez reçu le rapport du premier expert indépendant, fourni par votre assureur. La contre-expertise se base donc en contestation de ce rapport que vous jugez incomplet ou inadapté.

Le choix du nouvel expert est libre, mais il sera à vos frais. Une partie de ses honoraires pourra toutefois être prise en charge si vous avez souscrit à la garantie honoraires expert. Lorsque le nouvel expert aura réalisé son expertise, deux options sont possibles. Soit les deux experts parviennent à se mettre d'accord sur une indemnisation, soit le recours à un troisième expert sera nécessaire.

Une troisième expertise possible

Dans le cas où les deux experts ne parviennent pas à se mettre d'accord sur l'expertise et le montant de l'indemnisation, il sera alors nécessaire de faire appel à un troisième expert indépendant. Celui-ci devra être choisi par les deux experts, et s'ils ne parviennent pas à trouver ensemble ce nouvel expert, il faudra recourir au tribunal de grande instance.

Le troisième expert, dont les honoraires sont partagés entre l'assureur et l'assuré, permet généralement de trouver un accord avec les deux premiers experts, et ainsi de se fixer sur un montant d'indemnisation acceptable. En effet, si vous n'êtes pas d'accord avec les conclusions de ce troisième expert, l'appel à nouvel expert est possible, mais va être difficile à faire accepter à l'assureur. Ce type de cas de figure où il faut aller au delà du troisième expert reste assez peu courant.

Assurance auto expertise : contestation du rapport
5 (100%) 1 vote[s]