Résiliation abusive par l’assureur d’une assurance auto : comment faire ?

La résiliation est une possibilité offerte à l'assuré, par différents dispositifs et dans différents cas de figure, mais c'est également un droit pour l'assureur. L'organisme peut en effet décider de mettre fin au contrat d'assurance auto sous certaines conditions, qu'il s'agisse d'un non-paiement des cotisations, ou sans motif particulier à l'échéance.

La résiliation, un droit pour l'assureur

Lorsque l'on évoque la notion de résiliation d'une assurance auto, qu'il s'agisse des différents dispositifs qui la permettent, des préavis à respecter ou encore des cas où elle est possible, il est courant de penser à l'assuré. En effet, l'assuré possède certains droits en matière d'assurance, qui lui permettent notamment de faire jouer la concurrence, afin de changer d'assureur pour trouver des offres plus adaptées.

Résiliation abusive par l'assureur d'une assurance auto : comment faire ?Pourtant, il est moins connu que l'assureur possède également des droits en matière de résiliation de l'assurance auto. Il existe plusieurs cas dans lesquels il a la possibilité de résilier sans pour autant respecter l'échéance, notamment en cas de non-paiement des cotisations par l'assuré.

L'assureur a également la possibilité de résilier l'assurance auto à l'échéance, comme l'assuré de son côté, sans pour autant avoir à fournir de motif, et sans que cette résiliation puisse être considérée comme abusive.

Résiliation en cas de non-paiement de la cotisation

Le premier cas possible de résiliation pour l'assureur est le non-paiement de la cotisation de l'assurance auto. Ce cas de figure se produit lors du renouvellement de l'assurance, qui se fait automatiquement au bout d'une année. Il est possible que l'assuré n'ait alors pas versé le montant de la prime d'assurance pour la nouvelle année.

Si le montant n'est pas payé dans les 10 jours suivant la date de l'échéance, l'organisme assureur peut alors envoyer un courrier recommandé à l'assuré. Le contrat d'assurance sera suspendu au bout de 30 jours après la date d'envoi de ce courrier, et si l'assuré n'a toujours pas réglé la cotisation au bout de ce délai, la résiliation unilatérale sera effective.

Résiliation suite à un sinistre

Il est ensuite possible que l'assureur décide de résilier le contrat d'assurance suite à sinistre, comme cela est prévu dans de nombreux contrats, même si l'assuré n'est pas responsable, ou que l'assureur n'a pas versé d'indemnités. La résiliation prend alors effet un mois après la date d'envoi de la lettre recommandée par l'assureur.

Cette résiliation ne sera par contre pas valide si l'assureur a attendu plus d'un mois après le moment où il a été informé du sinistre.

Résiliation sans motif

Enfin, la résiliation d'assurance auto qui peut sembler la plus abusive, est celle dite sans motif, qui fait partie des droits de l'assureur. En effet, tout assureur peut selon la loi résilier un contrat d'assurance auto à l'échéance, à partir du moment où il respecte un délai de 2 mois de préavis.

Généralement, certains éléments vont expliquer cette résiliation perçue comme abusive, comme plusieurs sinistres subis par l'assuré, ou alors une aggravation du risque, mais il arrive que les raisons de cette résiliation soient moins faciles à comprendre. Dans tous les cas, si l'assureur respecte bien le délai de préavis, il a le droit de faire une résiliation du contrat d'assurance auto sans vous donner de motif particulier, et sans pour autant que l'on puisse parler de résiliation abusive.

Résiliation abusive par l’assureur d’une assurance auto : comment faire ?
5 (100%) 1 vote[s]